Accéder au contenu principal

Articles

Clair de lune

Articles récents

A la sauvette

C'est ton gémissement qui trouble le silence,
ton corps inassouvi, qui se brûle à l'absence,
Vibrant sous le drap blanc, quand ton bassin ondule,
au ballet de tes doigts, amoureux, noctambules.
Tu t'aimes, tu te tends, tu t'offres à ce vertige,
Attentive, soumise, quand ton ventre exige,
de tendres frôlements, des caresses précises,
Tu as fermé les yeux, tu rêves de baisers,
de mots tendres et doux, te voilà adorée.
Tu ne sais plus pourquoi, éprise et indécise
Tu imagines encore, fait durer le supplice,
En rêveries humides, au moelleux du calice.
Un dernier soubresaut, tu gémis, tu hoquettes,
Ouverte, les yeux clos, tu t'aimes à la sauvette.

Confesse

C'est sans la moindre honte que je vais à confesse…

Me voilà ! Livide, païen et idolâtre,
Adorateur muet de ton brûlant théâtre.
Prisonnier de tes voiles, ma troublante prêtresse,
Prêt à tout renier pour tes petites fesses...

Amadou

Ma petite allumeuse, mon amour d'amadou.
Ton feu en flammes douces, caché sous la dentelle,
En volutes de braise, en élans  sensuels,
Tu te cambres, te tends, efface les tabous.
Tout en toi bel amour, me palpite, m'émeut,
Les courbes que tu caches, tes rondeurs masquées.
Ta façon de sourire, tes mouvements soyeux,
Tu attises sans cesse, sans jamais dévoiler,
Ce rêve incandescent, ce voile dans tes yeux,
Déesse sublimée que mon âme caresse.

Poétesses

Ton Epaule

C'est ton épaule ronde où glisse une bretelle,
Juste toi, encore toi, ma belle de silence,
J'imagine, j'écris, je te pense, j'invente.
Quand les mots sont trop crus,
J'hésite, je rature cette fièvre intense,
Me voilà bouche sèche, au doux de ton absence.
Rêvant comme un damné à tes senteurs câlines,
Âme et cœur noués à tes incandescences.

Ecoute !

Écoute les vibrer nos désirs hirsutes,
Laisse moi retrousser tes pudeurs aimantes,
découvrir d'un coup tes moiteurs rougissantes,
en courbes indécentes, en charnelles volutes.

Laisse moi deviner, lorsque le corps exulte,
brille au fond de tes yeux, scintille en avalanches.
Au bout des doigts curieux,  le violent uppercut,
en frôlements soyeux  le plaisir se déhanche.

Regarde nous hagards, les chairs enflammées,
peaux et lèvres soudées comme folle évidence.
Laisse moi les rêver nos chaudes connivences,
te dire, te murmurer, comme une délivrance.