Accéder au contenu principal

UN FROLEMENT

Vous êtes un frôlement, Madame,
ce bruissement léger, cette étoffe de soie,
J'ai beau tourner la tête, vous chercher dans la foule,
vous me laissez sans voix.

Oui ! vous m'avez croisé, avant de disparaitre,
élégante, élancée, sans jamais me permettre,
de croire, de rêver et d’espérer peut-être.
Un seul regard de vous et j’aurais pu renaitre.

j'ai beau courir les bals, fréquenter mille fêtes,
vous avez disparu au soir de ma conquête,
me laissant seul, perdu, ivre de vous connaitre.

Ne me reste de vous, que le parfum d'une âme,
ce bruissement léger, ce passage du charme.
ce soir là, j'ai frôlé le désir d'une femme.






Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

POIVRE ET SEL

Il y a les murs blancs,
les volets ajourés où la lumiere s’élance.
le plafond fatigué de cette pièce immense.
le sol tout usé à force d’impatience.

Les plus que parfait, écrits au passé simple,
les toujours, les jamais, agrippés à la marge,
dans le petit cahier dont j'arrache les pages.

Le cœur noir, endormit,
j'ai l’âme poivre et sel,
hésitante, hagarde, aux dessous de dentelle.

Je vois des verres froids toujours à moitié vides,
et tous ces cris sans voix à la lune livide.
Le grand lit resté là comme une confidence.

Les tuiles sur le toit, la trop vieille charpente,
ne me protègent plus, du temps et de l'attente,
immobile, vaincu aux vaines résiliences.











REMINISCENCES

Suis je mort ou vivant, autour les murs dansent,
le sol et le plafond, s'attirent, se rapprochent.
Essoufflé , tournoyant, cherchant la délivrance,
mon cerveau fatigué, à l’écume s'accroche.

Là, je vois des enfants, la cour d’école immense,
le gosse aux cheveux blond et cette plaie qu'on panse,
les genoux écorchés, les bagarres du dimanche,
tous les zéros pointés, les envies de revanche. 

Tant de départs ratés, les trains de nuit, les gares,
les verres vides ou remplis et les aubes blafardes.
les mots dits et redis, les soirées qui s'attardent,
la rencontre éphémère de l'amour en retard.

Femme assise sur moi, qui monte et qui descend,
voyage vers les cieux, qui marque la cadence,
juste fermer les yeux, perdre son innocence,
se fâcher avec dieu, pour remonter le temps.

Gisant inanimé, seul aux réminiscences,
les bribes du passé, mêlées à l'inconscience,
être ou avoir été, à l'ultime insolence.
Suis je mort ou vivant, autour les murs dansent.


Poétesses