Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juillet, 2018

Je peins...

Voici l'aube, l'atelier vide qui s'emplit de lumière. L'odeur de térébenthine, les pinceaux alignés… Je songe, j'imagine…Quand je ferme les yeux, c'est là, à ce moment que je te vois le mieux. Te voilà toute entière, posée sur la palette, en taches de carmin, à tous tes rouges intenses, en camaïeux de rose, j'étale, je caresse tous tes ocres de chair, tes ocre de désir. Je peins, je te peins, Madone douloureuse aux effluves troublants. J'estompe, je dilue, j'efface à leurs regards ses rondeurs, ses courbes, la chaleur de sa chair, ses volutes velours. Je l'aime toute entière, charnelle, éphémère, excitante, impudique, glissant sous mes pinceaux en voiles érotiques.